absorber


absorber

absorber [ apsɔrbe ] v. tr. <conjug. : 1>
assorber « engloutir » mil. XIe; lat. absorbere
I
1Laisser pénétrer et retenir (un fluide, des particules, un rayonnement) dans sa substance. Le sable absorbe l'eau. s'imbiber, s'imprégner. Le buvard absorbe l'encre. 1. boire. La couleur noire absorbe la lumière. (Êtres vivants) Faire pénétrer en soi pour assimiler. Les racines absorbent les éléments nutritifs de la terre. pomper.
2Boire, manger. Il n'a rien absorbé depuis hier. prendre . « Absorbant tous les quarts d'heure de grands verres de whisky » (Duhamel). ingurgiter.
3Fig. Faire disparaître par incorporation. Entreprise qui en absorbe une autre. racheter; fusionner (avec), phagocyter . Absolt « L'Église a deux manières de réagir en présence de l'hérésie : repousser, absorber » (A. Gide). annexer, assimiler, résorber. Faire disparaître en utilisant. Cet achat a absorbé toutes mes économies. dévorer, engloutir.
4Occuper tout entier. accaparer. Ce travail l'absorbe beaucoup.
II ♦ S'ABSORBER v. pron.
1Disparaître, se fondre, se perdre dans. « Ce tapage s'absorbait dans le bruissement de la vapeur » (Flaubert).
2Occuper son esprit tout entier (à qqch.). S'absorber dans son travail. Être absorbé dans sa lecture, ses pensées. plonger. Elle a l'air absorbé, elle est tout absorbée. méditatif, préoccupé.
⊗ CONTR. Dégorger, rejeter.

absorber verbe transitif (latin absorbere, engloutir) Retenir une substance ou la faire disparaître en s'en imprégnant : Le sable absorbe l'eau. Boire (un liquide), manger (un aliment), prendre, ingérer (un médicament, un produit, etc.) : Il n'a rien absorbé depuis trois jours. Neutraliser la chaleur, le bruit, le choc, etc., ou en atténuer les effets : Le noir absorbe la lumière. Faire disparaître quelque chose en l'utilisant, en l'intégrant, en l'engloutissant ; éponger : Cette affaire a absorbé toutes ses économies. Occuper entièrement quelqu'un, son esprit : Cet exercice l'absorbait totalement. Pour une substance, produire le phénomène d'absorption. En parlant d'une entreprise, d'une société, prendre le contrôle d'une autre entreprise. Accueillir et assimiler une population : Absorber un afflux soudain de réfugiés.absorber (synonymes) verbe transitif (latin absorbere, engloutir) Retenir une substance ou la faire disparaître en s'en imprégnant
Synonymes :
- se pénétrer de
- s'imbiber de
- s'imprégner de
Contraires :
- dégorger
Boire (un liquide), manger (un aliment), prendre, ingérer (un médicament...
Synonymes :
- ingérer
Contraires :
Neutraliser la chaleur, le bruit, le choc, etc., ou en...
Contraires :
Faire disparaître quelque chose en l'utilisant, en l'intégrant, en l'engloutissant ; éponger
Synonymes :
- dévorer
Occuper entièrement quelqu'un, son esprit
Synonymes :
- accaparer (familier)

absorber
v. tr.
d1./d Laisser pénétrer et retenir (un fluide, un rayonnement, de l'énergie). Tissu qui absorbe l'eau. Le noir absorbe la lumière.
d2./d Ingérer (qqch). Il absorbe une énorme quantité de nourriture.
|| Fig. Société qui en absorbe une autre, qui l'annexe en devenant détentrice de la majeure partie de son capital.
d3./d Fig. Consommer entièrement. Ces travaux ont absorbé tous les crédits.
d4./d Fig. Captiver, occuper totalement (qqn). Ses tournées l'absorbent entièrement.
|| v. Pron. Consacrer toute son attention. S'absorber dans son travail.

ABSORBER, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— Sens phys.
1. BIOL. et lang. commune [Le suj. désigne un organisme vivant : substance notamment fluide biologiquement assimilable] Faire pénétrer qqc. en soi en vue de l'assimiler :
1. Par exemple, pour ce qui concerne la nutrition, les végétaux, qui sont attachés au sol, absorbent immédiatement par leurs racines les parties nutritives des fluides qui l'imbibent...
G. CUVIER, Leçons d'anatomie comparée, t. 1, 1805, p. 12.
2. Le sang absorbe d'autant plus d'oxygène qu'il est plus noir et d'autant moins qu'il est plus rouge.
C. BERNARD, Cahier de notes, 1860, p. 130.
3. Sur toute la surface des arbres tombait maintenant un voile d'eau fine que la forêt épaisse absorbait sans bruit, comme une énorme éponge.
A. CAMUS, L'Exil et le royaume, 1957, p. 1661.
Rem. La biol. tend par nature à préciser le sens du verbe : ,,Une première condition indispensable à la vie d'un organisme est un apport de substances énergétiques. Cet apport est représenté par les aliments, qui, lors de la digestion, sont transformés en substances assimilables par les cellules et sont absorbés, c.-à-d. passent dans le sang``. (Encyclop. Lar. t. 2 1968, p. 781).
En partic. dans la lang. commune [L'obj. désigne une boisson] Boire jusqu'au bout :
4. ... le père Roland leva son verre (...) le but par petits coups (...), le cœur plein (...) de regrets, dès qu'il eut absorbé la dernière goutte.
G. DE MAUPASSANT, Pierre et Jean, 1888, p. 335.
2. [Le suj. désigne une source de chaleur ou de lumière agissant sur un liquide ou la lumière d'un corps désignés par l'obj.] Faire disparaître qqc. comme par assimilation progressive :
5. L'esprit sévère de l'édifice vient surtout de la pierre dont il est construit, un granit grisâtre qui fait des arêtes sèches et absorbe la lumière sans la refléter.
A. T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1933, p. 222.
Rem. Pour le sens précis pris par absorber en opt. et dans diverses technol., cf. absorption, absorbant, absorbeur.
3. Emplois fig. [des sens phys. 1 ou 2 ou parfois des 2 à la fois] :
6. Et, comme le soleil aspire la rosée,
Dans ton sein, à jamais, absorbe ma pensée.
A. DE LAMARTINE, Méditations poétiques, La Prière, 1820, p. 162.
7. Les affections de l'organisme quand elles sont nombreuses (...) attirent à elles presque toutes les forces de l'âme et la fixent ou l'absorbent dans le corps au point que la personnalité, la liberté peuvent disparaître entièrement et que l'homme se trouve comme réduit à l'état de l'animal.
MAINE DE BIRAN, Journal, 1822, p. 367.
8. ... l'âme a besoin d'absorber les sentiments d'une autre âme, de se les assimiler pour les lui restituer plus riches.
H. DE BALZAC, Eugénie Grandet, 1834, p. 227.
9. Piquée par une mouche, la feuille est forcée de fournir une abondance de sève pour envelopper et nourrir son ennemi : image de la passion qui absorbe et dévore la meilleure substance de l'âme.
M. BLONDEL, L'Action. Essai d'une critique de la vie, 1893, p. 329.
10. Jésus la traite en enfant gâtée (...); il l'appelle, l'attire, l'absorbe dans la lumière incréée, lui permet, par une avance d'hoirie, de connaître, vivante, les joies du ciel.
J.-K. HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 74.
11. L'image ne veut pas se laisser mesurer. Elle a beau parler espace, elle change de grandeur. La moindre valeur l'étend, l'élève, la multiplie. Et le rêveur devient l'être de son image. Il absorbe tout l'espace de son image.
G. BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, p. 160.
Rem. Dans l'ex. 6 survit peut-être le sens anc. « engloutir ». Dans les ex. 7 et 10 apparaît la constr. absorber dans, qu'on retrouvera dans l'emploi pronom.; on constate que la connotation mystique n'est pas la seule possible.
B.— Sens abstr. [Le suj. désigne une pers., ou une pensée, un sent., une sensation, etc.] Occuper exclusivement et totalement l'attention ou l'activité d'un être :
12. Au milieu des affaires, à la tête des troupes, en parcourant les camps, mon adorable Joséphine est seule dans mon cœur, occupe mon esprit, absorbe ma pensée.
NAPOLÉON Ier, Lettres à Joséphine, 1796, p. 21.
13. Il y a des idées qui entrent en nous, nous rongent, nous tuent, nous rendent fou, quand nous ne savons pas leur résister. (...) Si nous avons le malheur de laisser une de ces pensées-là se glisser en nous, si nous ne nous apercevons pas dès le début (...) qu'elle revient sans cesse, s'installe, chasse toutes nos préoccupations ordinaires, absorbe toute notre attention et change l'optique de notre jugement, nous sommes perdus.
G. DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Divorce, 1888, p. 1095.
14. Tantôt, en effet, nous avons à faire effort pour apercevoir cette sensation, comme si elle se dérobait; tantôt au contraire elle nous envahit, s'impose à nous, et nous absorbe de telle manière que nous employons tout notre effort à nous en dégager, et à rester nous-mêmes.
H. BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience, 1889, p. 42.
Rem. 1. Dans tous les ex. apparaît une expr. de l'idée de totalité (tout, tout entier) ou de celle d'exclusivité (seul). 2. L'ex. 14 montre comment le sens phys. peut réapparaître sous le sens abstr.
II.— Emploi pronom. S'absorber dans (ou en) qqn ou qqc. [Le suj. désigne une pers. ou une entité spirituelle; le compl. désigne gén. une pers., plus rarement une attitude spirituelle] Se laisser prendre par quelqu'un ou quelque chose au point de s'identifier avec lui :
15. ... que quand un homme, par un dégagement absolu de ses sens, s'absorbe dans la contemplation de lui-même, il parvient à y découvrir la divinité, et il la devient en effet...
C.-F. DE VOLNEY, Les Ruines ou Méditations sur les révolutions des empires, 1791, p. 196.
16. L'estime des autres pour celui qu'elle aime est pour beaucoup dans l'amour d'une femme, parce que dans son amant elle cherche un appui et un protecteur, parce qu'elle sent qu'elle s'identifie à lui, qu'elle ne devient plus qu'une partie de lui-même, et s'absorbe en lui, et n'aura plus d'autre considération que la sienne, d'autre bonheur que le sien.
A. KARR, Sous les tilleuls, 1832, p. 112.
17. On dirait que dans la jouissance artistique, la conscience sort d'elle-même et s'absorbe dans un autre être.
A. CARREL, L'Homme, cet inconnu, 1935, p. 155.
Rem. Pour la constr., cf. sup. I A 3, rem.
Stylistique — De nos jours ce terme se situe à 2 niveaux de lang. différents. Dans la lang. commune absorber évoque l'idée de disparition progressive de l'obj. absorbé. Il s'y ajoute volontiers une idée de rétention (attirer à soi pour retenir) et de décomposition, c.-à-d. de transformation de l'obj. absorbé en une autre matière (les plantes absorbent certains sucs nutritifs qu'elles transforment en sève). On retrouve ces mêmes composantes dans la lang. sc. ou techn. (forte vitalité dans le vocab. de la chim., de la phys. et de la peint.). Dans la lang. litt., l'emploi fig. fait apparaître 2 idées essentielles : d'une part la notion d'identification de l'obj. et du suj., en pensée ou en fait, de fusion — c'est le lang. de la passion (celui qui aime se perd dans l'obj. de son amour) —; d'autre part, dans certains ex. (sém. II), une not. spatiale semblerait s'introduire, absorber signifiant « occuper totalement, tenir toute la place à l'exclusion d'autre chose », mais l'obj. de cette prise de possession est toujours l'être hum. ou sa vie psychol. Le sens fig. de l'adj. corresp. est centré sur le phénomène de l'attention, absorbé signifiant « tout entier occupé à, profondément attentif à » (au point de devenir synon. de « distrait »). D'où sa nuance tantôt laud., tantôt dépréc.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[] j'absorbe, []. Enq. :/apso2/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : absorbable, absorbant, absorbanter, absorbation, absorbement, absorbeur, absorptif, absorptiomètre, absorption, absorptivité, adsorbant, adsorbat, adsorber, adsorption; réabsorber, réabsorption, résorbable, résorbant, résorber, résorption. 3. Hist. — Le mot apparaît déjà sous la forme actuelle dans un ex. du XIIe s. (cf. T.-L.); il est attesté régulièrement ds les dict. dep. COTGR. 1611. Il entre dans la lang. au mil. du XIe s. sous la forme assorber (cf. étymol.) qui se maintient jusqu'au XVIe s. (cf. ex. ds HUG.). FOUCHÉ Phonét. 1952, p. 871 rappelle que absorber fait partie des mots introd. av. la réforme érasmienne, à la faveur de laquelle se crée le groupe bs ,,dans observer ``(Xe s.), absence, absorber (XIIIe s.), subséquent, subsister (XIVe s.)``. Pour l'explication des formes en -ir du type assorbir et absorbir ds GDF. et T.-L., cf. étymol. Selon FOUCHÉ Morphol. 1967, p. 27, ces ,,formes inchoatives qui apparaissent encore pendant la première moitié du XVIe siècle semblent n'avoir plus été usitées après cette date; (...) je assorbis, nous assorbissons (à côté de assorbons). Palsgr. p. 529``. Pour les formes en as(s), cf. absoudre (prononc. et orth.).
Étymol. — Corresp. rom. : ital. assorbire; port. absorver; roum. absorbi.
I.— 1. Mil. XIe s. trans. assorber « engloutir (des hommes, en parlant de la terre) » (Alexis, éd. Paris et Pannier, 61e ds T.-L. : Ne guardent l'ore que terre les assorbe (var. pour encloded); ca 1200 assorbir « id. » « engloutir (en enfer, en parlant du diable) » (Poeme moral, éd. Cloetta, 41d, ibid. :Ke m'arme n'assorbisset en abisme diables); 2. 2e moitié XIIe s. trans. asorbir « introduire (dans sa bouche) » trad. (Dial. St. Grég., éd. Förster, 371, 24 : Aleiz vos en, car je sui doneiz par devoreir a un dragon... Il at ia asorbit mon chief en sa boche); début XVIe s. réfl. s'absorber « pénétrer dans (d'un liquide, qui doit être avalé) » (GRINGORE, I, 96, IGLF :Mais voulez-vous messieurs les prelatz Que le fleuve Jourdain, sans estre las, Se absorbe en vous, par vostre gorge passe?); d'où « avaler (un liquide) ».
II.— 1. 2e moitié XIIe s. absorbir « avoir raison (de qqc.) » emploi fig. dans texte relig., trad. (Dial. St Grég., éd. Förster, 196, 8 ds T.-L.) : des a tant ke mëisme la mortaliteit de la char avrat absorbit la gloire de la resurrection (quousque et ipsam mortalitatem carnis gloria resurrectionis absorbeat); 2. mil. XIIIe s. asorbir « détruire (en crevant les yeux) » (Phil. Mousket ds DU CANGE s.v. absorbere :... li Sire li fist Les deux ious asorbir el cief); 3. av. 1307 être assorbi « être dévoré, anéanti (par un sentiment; d'une pers.) » emploi fig. (G. GUIART, Roy. lignages, éd. Buchon, I, 3023 ds T.-L. : D'angoisse est l'enfant assorbi).
Empr. au lat. (dep. PLAUTE, Bacchides, 471 ds TLL s.v., 184, 68 « dévorer », emploi fig.), sens propre « avaler, boire (le sujet désigne une pers.) » dep. HORACE, Sat. 2, 3, 240, ibid., 183, 79 (emploi méd. ibid. 1, 184, 3 sq.) d'où I 2; « engloutir, faire disparaître » (le sujet désigne la terre) dep. LUCAIN, Pharsale, 3, 261, ibid., 184, 47 : Tigrim subito tellus absorbet; cf. avec I 1, CYPRIEN, Epist., 3, 1 ibid., 184, 49 (Chore, Dathan, Abiron... hiatu terrae absorbati ac devorati) et ISIDORE, Sent., 1, 29, 7, ibid., 184, 66 : illos infernus absorbebit; emplois fig. : « avoir raison de (qqc.) », synon. de devincere, lat. chrét. dep. IRÉNÉE, 5, 9, 4 ibid., 185, 18 : ut absorbeatur infirmitas carnis a fortitudine spiritus, cf. avec II 1 Vulg., I, Cor., 15, 54 : absorpta est mors in victoria; « dévorer, anéantir (qqn; d'un sent.) » dep. CICÉRON, Brutus, 13, ibid., 184, 74 : hunc quoque absorbuit aestus quidam gloriae; cf. avec II 3 Vulg., II, Cor., 2, 7 : ne tristitia absorbeatur; cf. avec II 2 « détruire, anéantir physiquement » Vulg., II, Rois, XVII, 16 : ne forte absorbeatur rex et omnis populus.
Lat. devenu absorbire par chang. de conjug. à l'époque prélitt. (NYROP t. 2, § 662), d'où formes semi-sav. assorbir, sav. absorbir (cf. ital. assorbire); parallèlement, assimilation aux verbes fr. en -er (NYROP t. 2, § 632), d'où assorber, absorber; cf. a. fr. sorbir et sorber, ital. sorbire, cat. sorbir, roum., sorbi (< lat. ); a. prov. eisorbir, a. fr. essorber « éteindre, étouffer », m. fr. essorbir « détruire » (< lat. ).
HIST. — Le mot est attesté pour la 1re fois au XIe s., dans un cont. relig. au sens fort de « faire disparaître brusquement ». Peu à peu ce sens s'atténue et ne s'emploie plus qu'au fig., dans des domaines où l'idée commune est celle d'une destruction non plus brusque mais progressive de l'élément considéré. Le facteur hist. déterminant semble avoir été un recul de l'influence du lat. chrét. au profit du lat. class. où le sens phys. mod. est cour. Il est en effet remarquable que du XVIIIe au XXe s. « s'imprégner d'un liquide » soit considéré comme le sens propre du verbe et que ses autres applications soient senties comme des ext. On note parallèlement un sens fig. dans le domaine moral et intellectuel, attesté dès le XIVe s., mais ne connaissant une réelle vitalité qu'à partir du XVIIe s.
I.— Disparitions av. 1789. — A.— « Engloutir », c.-à-d. « faire disparaître brusquement, abîmer », au sens fort, originel, attesté pour la 1re fois mil. XIe s. (cf. étymol. I 1), ne se maintient pas apr. le XVIe s. Au XVIIe s., « il est peu en usage au propre » (FUR. 1690) : XIIIe s. : Se ferirent el flum de la Dynoe si que il furent dedenz absorbi et noié. Chron. de St Denis, ms. Ste Gen., [1274], f° 116d (Gdf. et T.-L.). XVIe s. : Les gouffres de la mer de Libie absorbirent aulcunes nefz des Grecz. BOCCACE, Des nobles malh., [1515], XV, f° 20 r° (Gdf.). Le roy Menelaus qui pas ne fut par tempeste absorby en la mer. ID., ibid. — Rem. S'absorber « s'engloutir », une seule attest. ds GDF. : Dedens ceste mer horrible une chandelle de feu alumee nage sans afonder et celle qui est estainte incontinent se absorbit et va au fons. Traict. de Salem, ms. Genève 165, f° 224 r°. B.— « Introduire dans sa bouche. » Attesté pour la 1re fois 2e moitié du XIIe s. (cf. étymol. I 2). Aucune autre attest. av. le XVIIe s. où il ne se dit plus qu',,en parlant des animaux voraces`` (FUR. 1690); ne subsiste pas apr. Trév. 1752 dans ce sens gén. et fort. C.— « Avoir raison de qqc. » (fig.), 1 ex., 2e moitié du XIIe s., cf. étymol. II a; un 2e ex. ds St. Bern. 33, 39 (T.-L.). Dans les 2 cas, il s'agit de trad. de textes relig. lat. D.— « Détruire, anéantir » (au propre et au fig.). 1re attest. XIIIe s. (cf. étymol. II 2); disparaît au XVIe s. : XIVe s. : Apres reviennent les communes Dont l'ost n'est pas trop assorbie. GUIART, Roy. Lign. 1306, 6602 (Gdf.). D'angoisse est l'enfant assorbi. ID., ibid., I, 3023. XVe s. : Qui (le fait de la marchandise) par les inconveniens dessusdiz, l'en y dit grandement estre adommagié et asorby. Ord., 1401, VIII, 490 (Gdf.). XVIe s. : [Un livre] A l'honneur est de la foy crestienne Pour assorber l'erreur Lutherienne. J. BOUCHET, Epistres familieres du Traverseur, [1536], 47 (Hug.).
II.— Hist. des sens et emplois attestés apr. 1789. — A.— Sém. I A « faire pénétrer en soi », sens atténué du sens fort originel. 1. 1re attest. prob. XVIe s., cf. étymol. I 2 « avaler (un liquide) », et aussi COTGR. 1611. 2. XVIIe s. Le mot est princ. empl. au fig., surtout en parlant des biens (il signifie alors « consumer » et s'emploie péjor., cf. Ac. 1694 ,,il se prend le plus souvent en mal``), mais aussi en parlant de toute chose qui peu à peu est engloutie par une autre ou se perd dans une autre : Ce goinfre a absorbé tout son patrimoine. FUR. 1690. La voix est absorbée dans les voutes. D'ABLANCOURT (Fur. 1701). La question de l'infaillibilité de l'Église absorbe toutes les autres controverses. CLAUDE (Fur. 1701). 3. XVIIIe s. Il subsiste dans tous ces emplois, mais est aussi empl. « au propre », en parlant d'un élément liquide, et il entre dans la lang. sc. et techn. : Les sables, les terres sèches et légeres absorbent les eaux de la pluye en un moment. Ac. 1718. Absorber, Se dit aussi, En parlant des couleurs, des sons, des odeurs, des saveurs. Le noir absorbe toutes les autres couleurs. (...) Le goust de l'ail absorbe le goust de toutes les autres choses. Ac. 1718. — Rem. Emplois sc. et techn. Ils sont cités ci-dessous dans l'ordre chronol. de leur apparition. Chim., 1re attest. ibid., subsiste : On dit en Chymie, que, Les alcalis absorbent les acides, pour dire, qu'Ils en émoussent la pointe, (...), qu'ils en suppriment l'activité. Jard., attest. ds Trév. 1752 (mais le sens est à peine techn.) : Se dit (...) des branches gourmandes qui naissent sur les arbres fruitiers, et qui ôtent aux autres branches la plus grande partie de la nourriture dont elles ont besoin. Il faut être très-soigneux de retrancher les branches gourmandes, crainte qu'elles n'absorbent la substance nécessaire pour nourrir le reste du corps de l'arbre. Phys., 1re attest. XVIIIe s., subsiste : La disposition des corps à réfléchir les rayons d'un certain ordre et à absorber tous les autres. VOLTAIRE, Lettres philosophiques, 16 (DG). — Rem. Autre emploi techn. en peint. (attesté ds Lar. 20e et Lar. encyclop., cf. sém.). B.— Sém. I B. Ce sens apparaît avec une certaine vitalité à partir du XVIIIe s., comme un emploi profane dér. de l'emploi relig. (constr. avec prép. dans ou en), qui lui-même est un emploi fig. du sens « engloutir »; cf. BOSSUET, Or., 10 ds LITTRÉ : Cette récompense nous absorbe tout à fait en Dieu. XVIIIe s. : Absorbé dans ses spéculations, il devait naturellement être et indifferent pour les affaires et incapable de les traiter. FONTENELLE, Newton (Littré). — Rem. Le part. passé adjectivé est très usité dans ce sens, surtout à partir du XVIIIe s. (cf. Ac. 1718 à 1798, Trév. 1752 et 1771, et sém.; le sens mod. profane est tout à fait acquis lorsque la prép. dans est remplacée par la prép. par). C.— Sém. II. S'absorber. Attesté dès le XVIe s. au sens phys. (cf. étymol. I 2), cet emploi connaît à partir du XIXe s. une plus grande vitalité au fig.; paraît dér. du sens noté ci-dessus sous B, mais avec maintien de la constr. avec les prép. dans ou en.
STAT. — Fréq. abs. litt. :1 476. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 1 873, b) 1 738; XXe s. : a) 2 459, b) 2 267.
BBG. — CHESN. 1857. — Gramm. t. 1 1789.

absorber [apsɔʀbe] v. tr.
ÉTYM. Mil. XIe, assorber « engloutir »; lat. absorbere.
1 (XVIIIe). Laisser pénétrer et retenir (un liquide, un gaz; une radiation). || Les terres sablonneuses absorbent bien l'eau. Imbiber (s'), imprégner (s'). || Le buvard absorbe l'encre. Boire.La couleur noire absorbe la lumière.
(Êtres vivants). Faire pénétrer en soi pour assimiler. || Les plantes absorbent les aliments et l'eau du sol par leurs racines. Pomper.
2 (XIIe). Boire, manger. || L'animal n'avait rien absorbé depuis trois jours. Ingurgiter. || Le malade absorbera seulement des aliments liquides ou pâteux.
1 Il protestait contre la loi de prohibition. Il protestait à sa manière, en absorbant, tous les quarts d'heure, de grands verres de whisky, coupé de cognac.
G. Duhamel, Scènes de la vie future, p. 31.
Absorber l'air frais du matin. Respirer.
3 Fig., par métaphore. Se nourrir de… Assimiler.
1.1 — Petite, assieds-toi là et prends ce recueil de vers. Cherche la page… la page 336, où tu trouveras une pièce intitulée : les Pauvres Gens. Absorbe-la comme on boirait le meilleur des vins, tout doucement, mot à mot, et laisse-toi griser, laisse-toi attendrir. Écoute ce que te dira ton cœur. Puis, ferme le bouquin, lève les yeux, pense et rêve (…)
Maupassant, Fort comme la mort, éd. 1889, II, III.
2 Je sentais et ressentais fortement les choses et absorbais tout ce qui, dans le monde extérieur, correspondait à ma faible intelligence.
France, le Petit Pierre, XVII.
4 Faire disparaître par incorporation. || Entreprise qui en absorbe une autre. Annexer, intégrer.
3 Il semblait que l'horreur de cette agonie fût absorbée peu à peu par tant de douceur mystique et de splendeur grave, ainsi qu'un orage se fond et se dissipe dans les rais de la pluie ensoleillée.
Léon Daudet, la Femme et l'Amour, p. 45.
3.1 (…) l'âme a besoin d'absorber les sentimens d'une autre âme, de se les assimiler, pour les lui restituer plus riches.
Balzac, Eugénie Grandet, éd. 1838, p. 338.
4 Comme une goutte d'eau dans l'océan versée, L'infini dans son sein absorbe ma pensée (…)
Lamartine, Méditations sur Dieu.
Faire disparaître en utilisant. || Cet achat a absorbé toutes mes économies. Dévorer, engloutir, épuiser.
5 Toutes ces nations (…) absorbèrent peu à peu les richesses des Romains.
Montesquieu, Grandeur et décadence des Romains, 18.
6 (…) aucun afflux d'argent qui ne fût aussitôt absorbé par les dettes.
Gide, Dostoïevsky, p. 15.
5 Occuper tout entier. || Absorber l'attention de son auditoire. Accaparer.
7 (…) et se livrant à une besogne silencieuse qui l'absorbe et le fait suer.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, p. 398.
——————
s'absorber v. pron.
1 Disparaître; se fondre, se perdre dans.
8 Il (le bon sentiment) se fond et s'absorbe dans tout ce qui l'enveloppe, et perd son nom comme sa nature.
Émile Faguet, XVIIe siècle, Études littéraires, p. 220.
9 (…) l'équipage, c'est-à-dire quelques centaines d'hommes que le hasard a rassemblés, dont les noms sont tout d'un coup devenus des numéros, et dont les personnalités s'absorbent dans les fonctions remplies.
Loti, Matelot, p. 83.
2 Occuper son esprit tout entier (à qqch.). || S'absorber dans la contemplation, l'étude, la méditation, la réflexion, la rêverie. Abstraire (s'), enfoncer (s'), perdre (se), plonger (se). || Il s'absorbe jusqu'à en oublier le boire et le manger.
——————
absorbé, ée p. p. adj.
Dont l'esprit est tout entier occupé à qqch. || Un air absorbé. Absent, méditatif, préoccupé, rêveur. || Absorbé dans ses pensées. → 1. Pensée, cit. 31.
10 Il était demeuré là jusqu'à la nuit noire, absorbé dans une contemplation dont l'ivresse inondait son âme d'une joie presque surhumaine.
Paul Bourget, Un divorce, p. 118.
CONTR. Dégorger, rejeter, restituer.
DÉR. Absorbable, absorbant, absorbation, absorbement, absorbeur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Absorber — (von lateinisch absorbere „aufnehmen“, „aufsaugen“) steht für: Absorber (Chemie), Gegenstand oder Medium zur Aufnahme oder selektiven Entfernung von Stoffen Absorber (Physik), Gegenstand oder Medium zur Aufnahme und Umwandlung von… …   Deutsch Wikipedia

  • absorber — (Del lat. absorbēre). 1. tr. Dicho de una sustancia sólida: Ejercer atracción sobre un fluido con el que está en contacto, de modo que las moléculas de este penetren en aquella. 2. Dicho de un tejido orgánico o de una célula: Recibir o aspirar… …   Diccionario de la lengua española

  • absorber — Se conjuga como: temer Infinitivo: Gerundio: Participio: absorber absorbiendo absorbido     Indicativo   presente imperfecto pretérito futuro condicional yo tú él, ella, Ud. nosotros vosotros ellos, ellas, Uds. absorbo absorbes absorbe absorbemos …   Wordreference Spanish Conjugations Dictionary

  • Absorber — Ab*sorb er, n. One who, or that which, absorbs. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • absorber — 1. incorporar sustancias; por ejemplo, los tejidos del intestino absorben líquidos. 2. amortiguar o incorporar a un tejido la energía radiante a él transferida, acción que viene determinada por la dosis de radiactividad absorbida. Diccionario… …   Diccionario médico

  • absorber — ‘Atraer y retener en el interior [algo del exterior]’, ‘consumir enteramente [algo, normalmente recursos o tiempo]’ y ‘acaparar el interés o la atención [de alguien]’: «Parte del agua precipitada es absorbida por la tierra y parte vuelve al mar»… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • absorber — {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. mnż I, D. a, Mc. absorbererze, chem. techn. {{/stl 8}}{{stl 7}} urządzenie służące do przeprowadzania absorpcji; pochłaniacz {{/stl 7}} …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • absorber — verbo transitivo 1. Atraer y retener (un cuerpo) [un líquido o un gas]: La esponja absorbió el agua. Esta disolución absorbe poco los gases. 2. Atraer (la materia) la energía de …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • absorber — ABSORBER. v. act. Engloutir, Il ne se dit guére au propre: Il signifie au figuré consumer, dissiper, depenser. Il a absorbé tout son patrimoine. les procez ont absorbé tout son bien. les frais du scelé ont absorbé la meilleure partie de la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • absorber — Any material which converts energy of radiation or particles into another form, generally heat. Energy transmitted is not absorbed. Scattered energy is often classed with absorbed energy. Also see air shock absorber damper direct acting shock… …   Dictionary of automotive terms


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.